Retrouvez les news et actualités du Panafricanisme.

Flore et environnement en Afrique : Les roses kényanes empoisonnent le lac Naivasha

Panafricanisme » Environnement » Flore et environnement en Afrique : Les roses kényanes empoisonnent le lac Naivasha



Partagez

Afrique

« C’est au tout début des années 80 que le Kenya a décidé de se lancer dans la production de fleurs, et plus particulièrement dans les roses, à très grande échelle avec succès. Mais ce succès est malheureusement accompagné de conséquences néfastes sur la santé de l’environnement local et des travailleurs concernés… »

Le Kenya second producteur mondial de roses

Le succès est tellement au rendez-vous pour ce pays qu’il est devenu rapidement le grand producteur de roses au monde avec près de 50% de la production mondiale créée sur le territoire kényan. C’est surtout grâce à ces conditions climatiques équatoriales exceptionnelles, le faible coût de sa main-d’œuvre mais aussi grâce à très bon réseaux de fret aérien en direction de l’Europe que le Kenya a réussi à se positionner en tête des producteurs, quitte à faire de l’ombre aux producteurs historiques européens.

Dans un pays encore très touché par la pauvreté et le chômage, une telle industrialisation est vitale pour faire ces habitants. Le secteur floral est d’ailleurs devenu la troisième activité principale du Kenya après le tourisme et le thé.

Et les conséquences de cette industrialisation massive de la rose ne sont pas sans conséquences pour le Kenya et surtout dans la région du Lac Naivasha, qui compte près des trois-quarts des fermes exploitées très généralement par des sociétés européennes, sur près de 5 000 hectares. Des conséquences humaines tout d’abord avec des travailleurs qui sont quotidiennement exposés à des pesticides et des produits chimiques dangereux.

Nombreuses sont les femmes, par exemple, qui souffrent de nausées dues à ces pesticides, près de deux sur trois d’après l’ONG américaine WRI. Mais ce ne sont pas les seuls problèmes rencontrés par les salariés du secteur : troubles de la mémoire, de la vision ou même de l’équilibre, maux de tête, sans compter les hypothétiques risques de cancer sur le long terme comme l’on peut l’observer dans nos contrées.

Des ouvriers kenyans dans les serres

L’environnement est également directement impacté par cette production massive. Notamment par les eaux usées des serres qui sont directement reversées dans les eaux du lac Naivasha et qui ne sont quasiment pas traitées. De plus, avec un pompage des eaux du lac pour alimenter ces productions, la concentration de produits chimiques augmente progressivement, si bien que des experts et des ONG locales lancent régulièrement des alertes et qui prédisent que dans une quinzaine d’année, le lac pourrait n’être plus « qu’un cloaque boueux », ce qui serait un désastre écologiques pour les espèces vivants aux alentours. Les pêcheurs sont également de plus en plus nombreux à être mécontents de la diminution des poissons dans le lac, même le bétail s’abreuvant autour de ses eaux connaissent des problèmes sanitaires et peuvent mourir.

De gros problèmes qui commencent à être entendus par les autorités kenyanes qui sont de plus en plus pressées pour faire respecter des normes écologiques concernant les produits chimiques utilisés. Il est aussi à noter que le Kenyan Flower Council a mis en place un code de conduite pour préserver la santé des travailleurs, mais ces législations sur l’usage de pesticides sont encore difficiles à mettre en place et à faire appliquer.

« Article gracieusement rédigé par Christophe Langlois. »

Allez plus loin

Haut

« Nous sommes des personnes qui désirent le vrai développement pour l'Afrique. Afro-descendants ou pas, l'Afrique pour l'Afrique... ». Le Panafricanisme de construction avec des actes et non des palabres et paraboles, des petites choses qui assemblées feront liens de causalités pour le développement du continent Africain, des actes par des actes...

Suivez-nous sur Google+

Panafricanisme sur les réseaux sociaux

RSS Facebook Twitter

Environnement



News Panafricanistes qui pourraient vous plaire