Retrouvez les news et actualités du Panafricanisme.

Sénégal : Traduction Wolof-Français des expression des sentiments

Panafricanisme » Culture » Sénégal : Traduction Wolof-Français des expression des sentiments



Partagez

Traduction Wolof Sénégal

« Afrique de l’ouest : Vous aimez les langues africaines ? ici quelques exemples de traduction des sentiments du Wolof (Sénégal) en Français. »

Agsil ak jàmm ci sa kër. Bienvenue dans ta maison. Bienvenue chez toi.
Ak lan ? Et quoi encore ?
Ak yow nélawal ak diam. Toi aussi, dors en paix.
Amul solo. De rien. Il n’y a pas de quoi.
Baax na ci yow./ Ya xam. Tant pis pour toi.
Bayil ma raxasal sa karaw. Laisse-moi te laver les cheveux.
Bayigulo togne ba légui? T’as pas bientôt fini tes conneries/ bêtises?
Bëgg ba Aldiana. Je t’aimerai jusqu’à la fin de nos jours (quand nous irons au Paradis).
Bëgg na am doom ak yow. Je voudrais un enfant de toi.
Bëgg na ci gisé ak yow. Je suis si contente de t’avoir rencontré/e.
Bëgg na la bu baax. Je t’aime beaucoup.
Bëgg na la ci suma xol. Je t’aime de tout mon cœur.
Bul ma sonnal ! Ne me fatigue pas !
Céey aduna ! Dis-donc, quel monde ! (La vie nous réserve toujours des surprises.)
Ci sa kër. Dans ta maison
Dakar naam na la. Naka war? Dakar a ta nostalgie. Comment va le boulot?
Dalal ak jàmm ci sa kër. Bienvenue dans ta maison. Bienvenue chez toi.
Dalal ak jàmm. Bienvenue.
Dama bëgg añ ak yow sama kër. Je t’invite à manger chez moi.
Dama bëgg nelaw ak yow tey. Je veux qu’on dorme ensemble aujourd’hui.
Dama la naam. Tu me manques.
Dama la bëgg (kat) . Je t’aime, je te désire.
Dama la bëgg dass fóon. J’ai envie de toi, je veux t’embrasser.
Dama la nopp. Je t’aime (aussi pour amour parental, amitié)
Dama la nopp ba dof sama diabar/ jabar. Je t’aime à la folie, ma femme.
Dama la sopp. Je t’aime bien.
Dama la soxla. Je te veux.
Danga rafet ci photo bi. Tu es très beau/belle sur cette photo.
Dangay fén. Tu mens.
Di la xalaat bu baax a baax. Je pense à toi très fort.
Dinaa neex xam say xibaar. J’aimerais avoir de tes nouvelles.
Doul ! Merde !
Du nit. Il est très fort.
Eske gis nga lu ma gis ? Est-ce que tu as vu ce que j’ai vu ?
Fo mu nekk ne, restaurant bi doxul kom ni mi doon doxee. En ce moment, le restaurant ne marche pas comme avant.
Fóon bu mag. Je t’embrasse.
Foon naa la, xam naa ne di nga dellusi. Je t’embrasse, je sais que tu reviendras.
Garawul/ grawul. Ce n’est pas grave.
Gis na bërki-démb ñuy yóbbu jabaru Duudu lopitaal. Il a vu qu’on amenait lépouse de Doudou à l’hôpital avant-hier.
Gor bëgg nale luberi. Naka war ? Je te salue. Comment va le boulot ?
Grawnë/ garawnë/ graw në/ garaw në/ dafë graw/ dafë garaw. C’est grave.
Kaay, ñu dem doxantu. Allons faire un tour ensemble.
Kan ngay nibbi. / Kan ngay dellu sa kër. Tu rentres quand?
Lan la bëgg wax ? Qu’est-ce que tu veux dire ?
Li ma bëgg. Ce que je veux.
Lu bess nak? Quoi de neuf ?
Lu tax do togg ak man ? Pourquoi ne restes-tu pas avec moi ? (Tu t’en vas avec tes amis et tu me laisses seule.)
Lu tax dogoma yékketi ma ci sa ginnaaw ? Pourquoi ne me portes-tu pas sur ton dos?
Lu tax nga dëggër bopp ? Pourquoi tu as la tête dure ?
Lu tax nga may top ? Pourquoi tu me suis ?
Maa ngi sant. Ici, je vais bien.
Maa ngi liggéey. Je travaille (J’ai trouvé du travail)
Maay ma xaalis. Donne-moi de l’argent.
Man bëgg na la ba léegi. Moi, je t’aime jusqu’à présent.
Man fenkat. Je suis un menteur.
Man nop na la ba dof ! Je t’aime à la folie.
Mënuma nelaw sax. Yow laay xalaat. Je n’arrive pas à dormir. Je pense à toi.
Moytouma / moytu maa. Prends garde à moi! Fais gaffe!
Naam naa la torop. Tu me manques beaucoup.
Na nga def ? Maa ngi fi. Comment vas-tu ? Je vais bien.
Ndax bës di naa am sagu tek samay tuñ si say bos ? Bëgg naa la, sopp naa la. Est-ce que j’aurai un jour l’honneur de poser mes lèvres sur les tiennes ? Je t’aime, je t’adore!
Ndax yow la doon xar. Parce que c’est toi que j’attendais.
Ndogu tey mom (litt.) Eh ben, la rupture de jeûne d’aujourd’hui. (Peut traduire une certaine impatience de déguster les mets de rupture de jeûne.)
Ne ñu dem geej ci kanam tuuti. Allons à la plage tout à l’heure.
Ngénte Faatu, àjjuma la walla gaawu? Le baptême de Fatou, est-ce vendredi ou samedi?
Nit ku ñul kuk. Une personne dont la peau est très noire. (A employer si les interpellations : „Toubab ! Toubab !“ vous tapent sur le système. Généralement, on vous laissera alors tranquille.)
Nopp naa la. Je t’aime. Je te veux. J’ai besoin de toi.
Nopp nga ma ba léegi ? Est-ce que tu m’aimes encore ?
Nuyóól ma sa waa kër. Salue ta famille de ma part.
Ño ko bokk. Le plaisir est partagé. (Quand quelqu’un vous dit ‘Merci’)
Oohh, ma chérie, xamo ci dara sakh mo ko mome. Oohh, ma chérie, tu ne sauras jamais à quel point !
Sa dox neex na ma torop. Ta démarche me plaît.
Sa kanam neex na ma torop. Ton visage me plaît.
Sa taaw, góor la walla jigéen? Ton aîné, c’est un garçon ou une fille?
Saay saay. Coquin, bandit (terme affectueux)
Sama dieukeur dama la nopp ba dof. Mon mari, je t’aime à la folie.
Sama mbëggël. Mon amour
Sama nijaay dafa feebaroon waaye wér na. Mon oncle était malade, mais il est guéri.
Sama xarit bu jigéen wasin na tey ci suba. Mon amie a accouché ce matin.
Sama xol. Mon cœur.
Sama yaram yow la làcc (?). Mon corps a besoin de toi.
Sonnu ma ci yow. J’en ai marre de toi.
Soo bëggee mën naa la woo. Si tu veux, je peux t’appeler.
Sorewul dara. Ce n’est pas aussi loin.
Su ma tëddee da ma lay xalaat. Quand je me couche, je pense à toi.
Sumala gisul dama rer. Quand je ne te vois pas, je suis perdu. Je suis perdu(e) sans toi.
Tëddal! Bët setagul. Couche-toi! Il ne fait pas encore jour.
Xalaat naa la ba tey. Je pense encore à toi.
Xale bu jigéen. Petite fille, jeune fille (suivant contexte)
Waaw, yow ya ngi si Kor gui walla ya ngi ci weer wi. Tu es en plein ramadan ou seulement dans le mois (de ramadan)? C’est une expression ‘rigolote’ pour demander si on pratique le ramadan.
. Walla bokk yama yakk. Ben alors, c’est toi qui a pris l’habitude de me gâter.
Waxa guñu dara. On ne s’est encore rien dit.
Weer bi dafa génna. Clair de lune.
Weer bi lerël na dëkke bi. Il fait clair de lune sur le pays.
Yakar naa ni ma ngi ley bëgg nopp. Je crois que je suis tombé amoureux de toi.
Ya ngi fi depuis kan ? Tu es là depuis quand ?
Yaquwul. C’est pas mal. C’est pas méchant.
Yay bañ. Je suis d’accord. / Je te déteste. / Tu refuses. (selon contexte)
Yay sama xol. Tu es mon amour.
Yónnéé naa la xaalis ndax nga bind ma benn bataaxal walla woo nga ma. Voici un peu d’argent pour que tu téléphones ou que tu envoies une lettre.
Yow de nga baax ak sa jabar. Yàlla mo lay fey. Toi et ta femme, vous êtes gentils. Dieu te le rendra.
Yow laay xalaat guddi ak bëccëg. Je pense à toi nuit et jour.
Yow nga yaq sama xool. Tu me brises le coeur.

Télécharger le document PDF

Haut

« Nous sommes des personnes qui désirent le vrai développement pour l'Afrique. Afro-descendants ou pas, l'Afrique pour l'Afrique... ». Le Panafricanisme de construction avec des actes et non des palabres et paraboles, des petites choses qui assemblées feront liens de causalités pour le développement du continent Africain, des actes par des actes...

Suivez-nous sur Google+

Panafricanisme sur les réseaux sociaux

RSS Facebook Twitter

Culture



News Panafricanistes qui pourraient vous plaire